Cette semaine,  j’ai choisi de vous parler des huiles essentielles en diffusion.

           La diffusion est un moyen simple, et sans danger, il faut néanmoins maitriser quelques bases.

           Tout abord le matériel : préférez les diffuseurs à froid, quoique un peu bruyants, ils sont efficaces pour la  

           diffusion et n’abime pas les huiles essentielles. D’autres moyens existent comme les galets, les brûle-parfums,  

           mais aussi  les  diffuseurs ultrasoniques ou à brumisation (l’inconvénient : on emploie de l’eau). Ces derniers

          sont beaucoup moins efficaces en diffusion et limités pour la désodorisation.

 

         Quelques précautions à prendre :

 

  • Pas de diffusion en continu, mais entre 15 à 20 minutes pour une pièce de 40 m2,
  • Fortement déconseillé de diffuser s’il y a des enfants en bas âge ( de 6 ans)
  • Certaines huiles essentielles sont agressives, elles ne doivent pas être diffusées seules : sarriette, l’origan, le thym à thymol, le giroflier, et les cannelles. D’autres contiennent des cétones, comme la sauge sclarée, la menthe poivrée…,
  • Attention aussi aux personnes fragiles (épileptique, asthmatiques, allergiques : femmes enceintes (3 premiers mois) ou allaitantes, personnes âgées.

 

         Maintenant, nous allons parler des bonnes utilisations pour les huiles essentielles en diffusion :

 

  • Désodoriser : les odeurs ont une influence sur nos émotions et notre comportement : des odeurs incommodantes comme le tabac, les odeurs d’animaux, de transpiration peuvent entraîner de la gêne chez les personnes.

                       Alors qu’une odeur agréable invite à la convivialité, à la bienveillance….C’est là, avec leurs flagrances  

                       boisées, ambrées florales rentrent en jeu. Des essences de citron, patchouli, d’oranger, de géranium

                       rosat créent un environnement agréable, harmonieux et bienfaisant.

 

              Un exemple de mélange désodorisant : 30 gouttes d’orange (citrus sinensis), 20 gouttes de lavande   

              officinale    (lavandula officinalis), 20 gouttes de bois de Hô.

 

  • Assainir l’atmosphère : antibactériennes, antivirales, antifongiques et antiparasitaires, les huiles essentielles ont une vraie panacée. Leurs pouvoirs antimicrobiens ont fait l’objet d’études scientifiques. Voici quelques exemples d’huiles essentielles assainissantes : citron, citronnelle, listée citronnée et eucalyptus radié.

 

          Un exemple de mélange assainissant : 30 gouttes d’eucalyptus radié (eucalyptus radiata), 20 gouttes de

           tea tree (mélaleuca alternifoli), 20 gouttes de citron (citrus limonum).

 

  • Assainir la sphère bronchopulmonaire : lors de diffusion aromatique les molécules volatiles se dispersent et  pénètrent  dans nos poumons. Si elles ont des propriétés antibactériennes ou antivirales, elles vont tuer les microbes présents dans les bronches,  mais aussi avoir une activité systémique en atteignant la circulation sanguine.  Les huiles essentielles  de laurier noble, marjolaine à coquille,  de ravintsara,  de teatree ou de thym à  géraniol sont d’excellentes antimicrobiennes pour la sphère bronchopulmonaire.
  • Un exemple de mélange antimicrobien : 30 gouttes d’eucalyptus radié (eucalyptus radiata), 20  gouttes de thym à géraniol (thym vulgaris CT géraniol), 20  gouttes de ravintsara (cinnamonum camphora CT cinéole).

 

  • Agir sur la sphère psycho-émotionnelle : la muqueuse olfactive  située dans le nez, capte les molécules odorantes,  après un trajet complexe, via le  cortex olfactif primaire, puis  elle arrive au thalamus et au système limbique situé dans le cerveau.  Aussi infime soitelle,  la perception d'une odeur,  engendre une réaction psychologique ou physiologique. C’est  cette confluence entre plusieurs mécanismes qui est à l'origine de l'utilisation des huiles essentielles  en olfactothérapie ou  plus simplement en diffusion,  afin de créer une atmosphère aromatique qui,  selon les extraits,  apaise,  équilibre ou stimule le système nerveux.

 

        Par exemple : la bergamote,  la citronnelle,  le citron,  le lemon grass, et la mandarine sont apaisants,   

        tandis    que l'épinette noire, le ravintsara, le sapin de Sibérie  et le bois-de Hô sont toniques.  

        De leur côté, encens,  basilic sacré, camomille romaine et marjolaine sont réputés équilibrantes.

 

                      Exemple de mélanges :

                     -  apaisant : 30 gouttes de mandarine (citrus reticulata), 20 gouttes de lavande officinale (lavandula  

                        officinalis), 20 gouttes de petit grain bigarade (citrus aurantium)

  • tonique : 30  gouttes de ravintsara (cinnamonum camphora CT cinéole), 20 gouttes de pin sylvestre (pinus sylvestris), 5 gouttes de menthe poivrée (mentha piperita)

 

  • équilibrant : 30 gouttes d’encens (boswella carterii), 20 gouttes de basilic sacré (ocimum sanctum), 20  gouttes de camomille romaine (chamaemelum nobile).

 

     Je crois que vous l’avez compris : les huiles essentielles ont vraiment des vertus intéressantes pour l’air      

     que  vous respirez….

 

     N’oubliez pas également, d’ouvrir vos pièces à vivre, au moins 10 minutes par jour, afin d’aider à renouveler 

     l’air et vérifier régulièrement votre VMC.

 

 

    Très bonnes fêtes de fin d’année à vous !

 

    Votre naturopathe


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.