En ce début de printemps, j’ai choisi de vous parler d’une plante dont on ne parle pas assez : le romarin (rosmarinus officinalis L.)

Cette plante méditerranéenne est de la famille des lamiacées, elle a pour autres noms : rose marine, encensier, romarin des troubadours ou encore herbe aux cantonniers.

Les sommités fleuries renferment une essence aromatique riche notamment  en camphre, en cinéole, en alpha-pinède, en bornéol ainsi qu’en flavonoïdes et en tanins.

C’est en 1330, qu’un alchimiste catalan Raymond Lulle, isola pour la première fois l’essence de romarin. Ses sommités fleuries  fournissent la fameuse Eau de la Reine de Hongrie, ancêtre de l’eau de Cologne, qui fut utilisée au 14ème siècle pour son action stimulante sur le système cardiaque et nerveux.

 

Cette plante est bien connue en phytothérapie (infusion, teinture mère, huile essentielle….)
 

Pour Jean VALNET, le romarin est antalgique, bon pour la grippe, les lithiases biliaires, anti rhumatismal, antiseptique urinaire, aphrodisiaque, diurétique, hypertenseur, rééquilibrant général et nerveux, stimule les surrénales, le foie et la vésicule biliaire, favorise la digestion.

 

Sur le plan psychique : elle dénoue le plexus sacré et solaire, elle agit sur la fatigue nerveuse et sur la dépression.
 

Elle est  cependant,  à dose élevée,  neurotoxique et abortive.

INFUSION :  20 g/litre à 30 g /l d’eau bouillante, le matin.

GEMMOTHERAPIE

Le bourgeon de  romarin est intéressant, pour ses propriétés :  

 

- au niveau sanguin :

  • anticoagulant , piège les radicaux libres et augmente le taux de globules blancs et rouges dans le sang.
  •  favorise la circulation des extrémités (mains et pieds froids), il lutte contre l’athérosclérose et l’artériosclérose.
  • détoxifiant général de l’organisme : il fait baisser les triglycérides, l’acide urique, le cholestérol.

- au niveau hépathique:

  • draineur et hépatoprotecteur : il régénère la cellule hépatique, il est utile dans les cirrhoses, les hépatites aigues ou chroniques. Il agit également dans le cas d’allergies hépato-digestives.

 

En cure de printemps ou d’automne, il peut être associé au genevrier, au pissenlit.

Une contre-indication est signalée : la prise tardive dans la journée du bourgeon peut retarder le sommeil (stimulant surrénalien).

AROMATHERAPIE

IL est existe 2 huiles essentielles :

  • HE de romarin Officinal à Verbénone : bronchite, arythmie cardiaque, tachycardie,  hépatite virale.
  • HE romarin Pyramidal (romarin des Montagnes) qui est expectorante et mucolytique.

 

NATURO-COSMETIQUE :

sous forme d’hydrolat, elle est excellente pour les peaux matures (rides), pour l’acné.

 

Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.