LA PEUR ET SI ELLE DEVENAIT UNE ALLIEE

 

 

En cette période de confinement, où des peurs peuvent s’accentuer (de manquer, de la maladie...)  voir certaines réapparaitre, ou encore voir de nouvelles peurs émergent.

 

Tout d’abord, il est normal d’avoir peur, si elle dure peu de temps c’est une émotion (besoin non satisfait) , en l’occurrence dans le cas présent : le besoin de sécurité. Si elle reste figée dans le temps, elle devient un sentiment et peut influencer notre psyché, en devenant une croyance. Elle peut devenir paralysante.

Je vais vous donner un exemple, pour faire la différence :

 

  • Vous avez eu, sur un trajet en voiture, une personne vous a fait une queue de poisson, sur le moment vous avez eu peur,  puis vous l’avez traversé et ensuite elle a disparu :  c’est une émotion ;
  • Dans la même situation, vous avez eu peur et celle-ci vous n’avez pu la traverser et elle s’est inscrite en vous dans votre psyché, il s’agit là d’un sentiment qui déclenche une ou plusieurs croyances : par exemple, vous allez y penser à chaque fois que vous allez prendre votre voiture et associer vos déplacements à un risque pour votre sécurité. C’est pour cela que certaines personnes ont des difficultés à se déplacer sereinement avec leur voiture.

La peur sert à nous dépasser (si maitriser) ou à fuir (non maitrisée).

Certaines peurs sont reliées à des blessures émotionnelles de l’enfance, comme la peur de faire confiance (blessure de trahison) ou d’aller vers les autres (blessure de rejet).

La peur nous permet d’identifier nos failles et nos doutes (brèches de la peur).

 

Une façon de maitriser la peur est d’y faire face. Je prends l’exemple de l’araignée, je vous invite à essayer (j’en ai fait l’expérience).

Vous voyez une araignée, vous restez l’observer, regarder son corps, ses pattes, comment elle se comporte, elle se déplace. Prenez le temps, refaites-le plusieurs fois , et vous verrez votre peur diminuée, vous pourrez même la mettre dehors, avec un balai alors que vous ne pouviez pas l’approcher ou même la regarder.

 

Sentir sa peur et la maitriser en la comprenant, renforce la confiance et l’estime de soi.

Acceptons nos peurs (et donc nos failles), observons-les.

La peur peut être  aussi, une absence d’amour, mettez de l’amour dessus.

Afin dans un premier temps, de la diminuer, certaines huiles essentielles peuvent aider, en voici quelques-unes :

 

  • Peur de la solitude : basilic, carotte, mandarine ;
  • Peur de la mort : bois de rose, néroli ;
  • Peur d’avoir peur : myrte vert, sapin argenté.

 

Affrontez vos peurs, traverser les, elles deviendront vos alliées car elles indiqueront vos besoins, vos failles qui doivent être travaillées, elles aideront à transcender vos doutes.

 

Prenez soin de vous et de vos proches !

 

Votre naturopathe,

 

Marie OLIVIER

 


Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.